mardi 28 mars 2006

La souffrance des soignants et groupe de parole

La souffrance des soignants et groupe de parole

La question de la souffrance des soignants donne lieu, depuis vingt ans, à une abondante littérature qui en décrit les causes, les expressions, l’intensité et ses méthodes de mesure, et développe les modalités de son soulagement.

 Si nous reprenons brièvement des textes qui font ou ont fait référence et qui peuvent apparaître aujourd’hui comme des bréviaires, nous trouvons affirmé le lien entre la souffrance des soignants, d’une part, et la relation au malade gravement atteint, en échec thérapeutique curatif ainsi que la confrontation répétée à la mort, d’autre part.

Pour Goldenberg, dans un écrit de 1987 intitulé : « Près du mourant des soignants en souffrance », « l’existence de signes psychologiques après la mort d’un malade est massivement admise », et les soignants ressentent les pertes répétitives induites par la mort des malades, comme un stress majeur qui occasionne de nombreux symptômes, surtout psychologiques. Mais, dit-il, « l’usure des soignants ne survient pas seulement pour des raisons psychologiques, mais aussi à cause d’une caractéristique de la question traitée. C’est une question sans réponse ; le problème de la mort ne connaît pas de solution ».

Source et article complet:
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/01/58/35/la-souffrance-des-soignants-et-groupe-de-parole.doc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire