lundi 16 mars 2009

La maladie d'Alzheimer et la recherche actuelle

Recherche scientifiques : Les dix prochaines années

[Du Rapport sur la maladie d'Alzheimer et la recherche actuelle, du Dr Jack Diamond, directeur scientifique de la Société Alzheimer du Canada]

Les dix prochaines années seront encore plus passionnantes que les dix dernières. Examinons les développements qui semblent les plus prometteurs pour les années à venir.

Des essais cliniques (de nombreux déjà en cours et d'autres très avancés) porteront sur ce qui suit et, nous l'espérons, d'ici les cinq à sept années à venir, les essais les plus prometteurs seront approuvés pour traiter les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer :

   1. Des médicaments qui bloquent les enzymes qui divisent la bêta-amyloïde toxique de l'APP.
   2. Des médicaments qui empêcheront l’agrégation menaçante de molécules A bêta nouvellement formées.
   3. Des médicaments qui aideront à éliminer les accumulations de molécules A bêta avant qu'elles ne commencent à former des agrégats.
   4. Des médicaments « neuroprotecteurs » qui renforceront la viabilité des cellules nerveuses menacées.
   5. Des médicaments qui préviendront la modification chimique de la protéine tau, et ce faisant, la formation d'écheveaux.
   6. De nouveaux vaccins qui élimineront l'amyloïde mais qui n'auront pas les effets secondaires dangereux des premiers vaccins.
   7. Des nouveaux vaccins qui élimineront les écheveaux.
   8. Des techniques améliorées d'implantation de cellules vivantes modifiées génétiquement dans le cerveau qui diffuseront des facteurs de croissance et d'autres médicaments.
   9. De nouveaux médicaments contre le diabète qui corrigeront le métabolisme du glucose dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et qui empêcheront la formation de plaques et d'écheveaux.
  10. De nouvelles techniques de diffusion des médicaments qui assureront que ces derniers atteignent les régions du cerveau qui en ont besoin.
  11. De nouvelles techniques d'imagerie non effractives qui révéleront la présence de plaques et d'écheveaux bien avant l'apparition de la maladie neurodégénérative, facilitant le diagnostic précoce et indiquant si les stratégies de traitement réduisent les anomalies du cerveau.
  12. De nouvelles méthodes de mesure des quantités d'amyloïde dans le sang et dans le liquide céphalorachidien qui aideront à poser un diagnostic précoce et à évaluer l'efficacité des traitements.
  13. Le diagnostic précoce fondé sur le rythme cérébral (EEG).
  14. Le diagnostic précoce fondé sur les changements chimiques dans la peau et l'urine.
  15. De nouvelles méthodes d'apprentissage cognitif qui aideront à ralentir la détérioration cérébrale sans le recours à des médicaments.

Source de l'article :
http://www.alzheimer.ca/french/research/next-10-years.htm



Voir aussi sur le site : "Fondation recherche médicale":
Le point sur la maladie d'Alzheimer

http://www.frm.org/nos-dossiers/fiches-sante/le-point-sur-la-maladie-dalzheimer.htm

TROIS PISTES DE RECHERCHES FINANCEES
PAR LA FONDATION POUR LA RECHERCHE MEDICALE

1  Observer in vivo la formation des plaques amyloïdes
2
 Moduler la synthèse du peptide amyloïde
3
 Identifier les circuits neuronaux de la mémoire pour tester de nouveaux médicaments

2 commentaires:

  1. esperons qu'un jour la medecine pourra guerir ttes ces maladies qui ravagent tant de familles!

    RépondreSupprimer



  2. Un vaccin pour demain ?


    Injecter dans l’organisme une petite dose de la protéine amyloïde, responsable de la dégénérescence des neurones, pourrait constituer une voie d’avenir. L’objectif consiste à apprendre au système
    immunitaire du patient à reconnaître et neutraliser la protéine bêta amyloïde, pour l’empêcher de s’accumuler dans le cerveau des malades et de provoquer des troubles. L’injection d’une forme
    synthétique de la protéine amyloïde sur des souris transgéniques a permis de débarrasser le cerveau de ces plaques amyloïdes. Les études chez l’homme ont commencé, permettant de s’assurer de la
    tolérance du procédé. Il reste maintenant à en étudier l’efficacité, ce qui demandera encore plusieurs années.


    Tous les laboratoires travaillent en ce sens, il y a beaucoup d’argent à gagner, celui qui trouvera aura gagné le jackpot.
    JJP 
     


    RépondreSupprimer