samedi 26 décembre 2009

asp fondatrice accompagnement bénévole en soins palliatifs

 accompagnement bénévole en soins palliatifs
 
25 ans au service des malades et des familles

Créée en 1984, l’asp fondatrice est une association d’accompagnants bénévoles

formés et engagés au service des soins palliatifs.

Les soins palliatifs et l'accompagnement  fin de vie contribuent à préserver l

a dignité du malade jusqu'au bout. Dans cette attitude, ils s'opposent tant
à l'acharnement thérapeutique (obstination déraisonnable) qu'à l'euthanasie.

Les objectifs de l’asp fondatrice
Développer les soins palliatifs en milieu hospitalier
Favoriser les soins palliatifs à domicile
Sélectionner, former et encadrer les accompagnants bénévoles
Sensibiliser les pouvoirs publics et informer le public

 
 - Qu’est-ce qu’un accompagnant bénévole ?

Accompagner, c'est faire un bout de chemin avec l'autre, à son rythme, dans la même direction.
Quand le malade arrive en fin de vie, il entrevoit la séparation finale avec souvent, un sentiment d'angoisse et de grande solitude intérieure.
Qui pourra être là auprès de lui et de ses proches en ces instants, les écouter de longs moments exprimer leur peine, voire leur agressivité dans la souffrance trop lourde à porter ? Le médecin, les soignants, l'équipe paramédicale, tous à un moment ou un autre se pencheront vers eux, rempliront cette mission d'écoute fraternelle, mais en priorité, il leur incombe d'accomplir des tâches spécifiques.

Ce sera donc à l'accompagnant bénévole, par sa disponibilité, à les relayer dans la présence et dans l'écoute.

L'accompagnant bénévole n'est pas un professionnel de santé, pas un psychologue. En matière de soins, il est incompétent. L'accompagnant bénévole n'est pas un visiteur ni un ami, ou un parent, celui qu'on désirerait épargner. Il est simplement le témoin, le tiers solidaire.Restant dans l'anonymat en ce qui concerne sa situation familiale ou professionnelle, il se présente simplement par son prénom. 

Pour un partenariat efficace avec l'équipe soignante, l'accompagnant bénévole apprend lors des formations et des groupes de parole, le non-jugement, la confidentialité et l'écoute. L’asp fondatrice sélectionne, forme et encadre ses bénévoles qui, sous le sceau de la confidentialité, accompagnent des malades gravement menacés dans leur vie, ou en fin de vie ainsi que leur famille et leurs proches. Ils leur apportent présence et écoute. En janvier 2009, l’asp fondatrice compte, à Paris et en région parisienne, 35 équipes et 235 accompagnants bénévoles.
Aujourd’hui, pour répondre aux demandes des services hospitaliers ainsi que des réseaux et assurer le renouvellement de nos équipes, nous avons besoin de recruter plus de 80 accompagnants bénévoles chaque année.
Notre action et notre engagement vous touchent...
Ensemble, soutenons et accompagnons ceux qui souffrent  

- Comment devenir accompagnant bénévole ?
Du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures, Marie-Louise vous accueille au 01 53 42 31 33 pour répondre à vos questions concernant : 


l'engagement de l'accompagnant bénévole en soins palliatifs, les différentes étapes de la formation de l'accompagnant bénévole en soins palliatifs, l'envoi du dossier de candidature et des brochures d'information, les calendriers des entretiens préliminaires et des formations initiales théoriques et pratiques.


Pour devenir accompagnant bénévole en province, Merci de contacter Dorine  à l'UNASP au 01 53 42 31 39

Un peu plus loin, un peu plus haut par Ginette Reno et Celine Dion

Céline Dion et Ginette Reno chantent "Un peu plus haut un peu plus loin" sur les Plaines d'Abraham à Québec pour le 400e anniversaire de la ville de Québec.


Une grande dame de la chanson québécoise interprétant une chanson de son ami Jean-Pierre Ferland en duo avec Céline Dion, que dire de plus, Ginette Reno est une émotion pure, avec une voix qui  n'appartient qu'a elle. Elle est si prés et va si loin, comment ne pas nous toucher par de telles interpretations, chacune unique et pleine de tendresse. Un pur moment de bonheur


Ste officiel de Ginette Reno
: http://www.ginettereno.com/index.html


Celine Dion & Ginette Reno

Paroles: Jean-Pierre Ferland
Musique: Jean-Pierre Ferland
1969

Parole de chanson
"Un peu plus loin, un peu plus haut"


Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller un peu plus loin
Je veux voir comment c'est, là-haut
Garde mon bras et tiens ma main

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Laisse mon bras, mais tiens ma main
Je n'irai pas plus loin qu'il faut

Encore un pas, encore un saut
Une tempête et un ruisseau
Prends garde: j'ai laissé ta main
Attends-moi là-bas: je reviens

Encore un pas, un petit pas
Encore un saut et je suis là,
Là-haut, si je ne tombe pas...
Non! J'y suis! Je ne tombe pas!

C'est beau! C'est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C'est beau! C'est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne me vois pas

Un peu plus loin, un peu plus seul
Je n'veux pas être loin tout seul
Viens voir ici comme on est bien
Quand on est haut, oh! comme on est bien

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je n'peux plus te tenir la main
Dis-moi comment j'ai pu monter,
Comment r'descendre sans tomber

Un peu plus loin, un peu plus fort
Encore un saut! Essaye encore!
Je voudrais te tendre les bras;
Je suis trop haut, tu es trop bas

Encore un pas, un petit pas
Tu es trop loin! Je t'aime!
Adieu! Adieu! Je reviendrai
Si je redescends sans tomber

C'est beau! C'est beau!
Si tu voyais le monde au fond, là-bas
C'est beau! C'est beau!
La mer plus petite que soi
Mais tu ne la vois pas

Un peu plus haut, un peu plus loin
Je veux aller encore plus loin
Peut-être bien qu'un peu plus haut,
Je trouverai d'autres chemins

 

Association Albatros

Qu'est-ce qu'Albatros ?

ALBATROS : Groupe d’action et de recherche en soin palliatif a été crée en 1988  à Lyon, au moment d’une prise de conscience de la souffrance et de la solitude des personnes en fin de vie et de leurs proches.


ALBATROS : association de bénévoles  (loi 1901)  regroupe des membres venant d’horizons différents et se reconnaissant une sensibilité commune face à la souffrance physique, psychologique et spirituelle de la personne atteinte d’une maladie grave, évolutive ou terminale

ALBATROS : une approche éthique et spirituelle, non confessionnelle de l’accompagnement des malades et des familles  dans l’esprit palliatif.
L’esprit palliatif, qui nourrit Albatros, reconnaît que la personne est unique et requiert une prise en charge adaptée. Il reconnaît aussi la mort comme une réalité inéluctable et un processus naturel.
            

ALBATROS : un lien de solidarité dans la cité
« Le devoir d’accompagnement a valeur de civilisation, de culture, de sociabilité. Il touche au principe même du vivre ensemble, du lien exprimé par des solidarités concrètes. Il engage l’ensemble de la société dans son exigence de non-abandon  » (extrait de la conférence de consensus sur l’accompagnement des personnes en fin de vie et de leur famille – ANAESSFAP – janvier 2004)

ALBATROS s’inscrit directement dans cette démarche globale de refus de l’exclusion : il redonne au malade sa dimension sociale en tant qu’être unique, digne d’intérêt, quel que soit son état, dans le respect qui lui est dû.

Association Rivage

Association Rivage

Depuis 1990, les équipes de bénévoles sont intégrées directement à l'équipe de soins. Suite à la loi du 9 juin 1999 sur les soins palliatifs, le bénévolat s'est organisé en association: Rivage. Sous la forme juridique d'Association Loi 1901, Rivage est membre de la Société Française d'Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP). Elle adhère ainsi à l'éthique de la SFAP, dont vous trouverez tous les détails dans la rubrique concernée. Le travail accomplit par Rivage lui a permis en 2001 d'être Lauréat du Grand Prix des Associations du Journal La Croix.


Ses activités

           * Accompagnement des malades en fin de vie et Soutien au Deuil, en 

Soins Palliatifs et Gériatrie, en  institution et à domicile
            * Formation initiale au Bénévolat
            * Formation permanente
            * Publications
            * Informations et Conférences
            * Gestion d'un centre de Documentation
            * Permanence d'accueil et téléphonique
            * Animation d'équipes de Bénévoles
            * Participation à des événements associatifs

Pour contactez l'Association Rivage :
Association Rivage 12-14, rue de Versailles
78000 Versailles
Tél.-répondeur: 01.39.07.30.58


Administration (les mardis et jeudis)
Tél.: 01.39.07.30.58 ou 06 21 46 08 03

Recrutement et formation
Marie Quinquis
Permanence téléphonique: 01.39.07.30.58
Mardi et jeudi de 14h à 16h (en dehors de ces horaires vous pouvez laisser un message)

Association Présence sur Pau et sa banlieue (64)

 L'association Présence est une association à but non lucratif créée en 1987 se proposant de promouvoir les soins palliatifs.

ORIGINE DE L'ASSOCIATION:

En 1988 Jean-Paul Busson, infirmier de la maison de retraite des Jésuites de retour du Canada et formé aux soins palliatifs, crée l'Association PRESENCE, en pose les fondements avec le docteur QUIERZY, généraliste à Lons. Avec l'aide d'autres soignants, ils forment les premiers accompagnants bénévoles, et participent au développement de la démarche palliative d’accompagnement en Béarn.

L'association PRESENCE est membre de la Société Française de Soins Palliatifs. Elle est en relation d'échanges avec d'autres associations régionales d'accompagnement et de soins palliatifs.

PRESENCE adhère aux principes généraux de la Charte des Soins Palliatifs. L'association est a-politique et non confessionnelle. Dans le respect de la dignité de la personne, l'association propose une présence et une qualité d'écoute.

ORGANISATION:

Notre association loi 1901 compte actuellement 40 adhérents sur Pau et sa banlieue.



Adresse du site : http://presencepau.perso.neuf.fr/index.html

Association Pierre Clément en Alsace (67)

 Buts et objectifs de l'association Pierre Clément 

  « Pierre Clément » est une association à vocation régionale (Alsace) dans le domaine des soins palliatifs et de l’accompagnement.

La maladie grave, qu’elle soit vécue à domicile ou en institution, est souvent pour le malade et son entourage une source d’angoisses, de questionnements et de doutes.
La fin de vie est une épreuve douloureuse. L’idée de la mort au même titre que la problématique des personnes âgées sont évacuées de notre société qui idéalise une conception du bien-être.

C’est ce qu’a compris Jeanne Andrée Munch (devenue ultérieurement Jeanne Andrée Chausson), infirmière et fondatrice de l’association il y a 20 ans, à la suite de sa rencontre avec un jeune patient en fin de vie.

C’est ce que tentent de soulager tous les jours les bénévoles d’accompagnement de l’association


NOTRE VOCATION SPECIFIQUE EST L’ACCOMPAGNEMENT.
 
Nos objectifs sont inchangés depuis 1987.

  • Etre présent auprès de personnes en fin de vie et de leurs familles. Les accompagner dans leurs souffrances morales, psychologiques et spirituelles. Aider à assumer la perte de l’être cher.
  • Former des bénévoles d’accompagnement et toute personne en contact avec les grands malades et les personnes âgées. Assurer une formation de qualité dispensée par des professionnels en conformité avec les recommandations du Ministère de la Santé.


Mettre en place toutes les structures, fixes ou mobiles de soins palliatifs et d’accompagnement ou la participation à la réalisation d’autres projets ayant le même but.

Faire connaître et développer les Soins Palliatifs et la démarche d’accompagnement.

Faire changer notre regard sur la fin de vie.

L’association PIERRE CLEMENT adhère aux principes et aux objectifs des Soins Palliatifs tels qu’ils ont été définis par la Société Française de Soins Palliatifs et d’Accompagnement (S.F.A.P.) le 4 avril 1992, modifiés en C.A. du 22 mars 1996 et ratifiés par l’A.G. du 4 mai 1996 à Toulouse.

« Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d’une maladie grave évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle.

Les soins palliatifs et l’accompagnement considèrent le malade comme un vivant et sa mort comme un processus naturel. Ceux qui les dispensent cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables. Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s’efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu’au décès et proposent un soutien aux proches en deuil. Ils s’emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche, à ce que ces principes puissent être appliqués » .


ASSOCIATION PIERRE CLEMENT
4, rue Wencker - B.P. 362 - 67000 Strasbourg
Tel  : 03 88 35 18 81
Fax : 03 88 35 78 15

Horaires d’ouverture : Du lundi au vendredi sauf jours fériés
De 8 à 12 heures et de 14 à 17 heures

Contacts : Thierry Praud - Par email : ass.pclement@free.fr

Fédération européenne « Vivre son deuil »

La Fédération européenne "vivre son deuil" 
est née au mois de juin 2001 afin de coordonner les activités des différentes associations Vivre son Deuil existant actuellement en Belgique, en France et en Suisse dans le même esprit et les valeurs inscrites dans la charte, ainsi que de celles des associations en voie de constitution et qui se formeront par la suite.

Les deux principes fondamentaux de Vivre son Deuil sont le bénévolat et le travail en équipe et en réseau interassociatif.

Principaux buts de la Fédération

• soutenir les activités des différentes associations en favorisant l'échange des informations,
• coordonner le soutien et l'aide aux personnes en deuil,
• proposer des formations innovantes,
• organiser des rencontres : journées fédérales, colloques, séminaires, congrès,
• réaliser des publications nationales et internationales,
• stimuler la recherche dans le domaine du deuil,
• assurer le contact avec les sponsors susceptibles d'aider l'ensemble des associations
• représenter les associations auprès des différents organismes publics et privés.


mardi 1 décembre 2009

Forum TFE : Accompagnement d'un patient en fin de vie

Publié sur Infirmier.com par wyllette

Force est de reconnaître que notre société a désappris ce qu’est le mourir. En effet, le lieu de la mort s’est déplacé du domicile, où le malade décédait entouré des siens, vers les institutions (hôpitaux, maisons de retraite…) où l’on a médicalisé la mort. L’expérience des générations précédentes, le bon sens acquis de la familiarité avec la fin de la vie ont peu à peu disparu. On se tourne vers les professionnels pour mourir.

On exige d’eux compétences, chaleur humaine, soutien et efficacité. Il leur revient donc d’avoir des attitudes et des pratiques appropriées

Qu’il soit redouté, attendu ou souhaité comme une délivrance, le moment de la mort de l’autre est souvent vécu comme une épreuve par ceux qui y assistent. Une épreuve qui suscite des sentiments de peur et d’angoisse.


Lire la suite très bien documenté en cliquant