samedi 6 février 2010

Expérience de bénévole dans un centre de soins palliatifs (au Quebec-Canada)

Mario Paquet parle de son expérience de bénévole dans un centre de soins palliatifs, il a le regard lumineux. Cela rejoint ce que Mario Proulx (jounaliste à Radio Canada) dit quand il parle de la préparation de la série Vivre jusqu’au bout: les personnes qui côtoient les mourants dégagent une joie de vivre!

 

Capture-d-ecran-2010-02-06-a-18.18.40.png


Être à l’écoute
Pendant 15 ans, l’animateur d’Espace musique s’est rendu chaque dimanche soir à l’hôpital Notre-Dame de Montréal pour accompagner des personnes en fin de vie. Lui qui gagne sa vie en parlant a appris à être tout simplement présent. Mario Paquet parle de son expérience avec une grande sérénité.

Deux grande questions
Dans ce troisième épisode, Mario Proulx aborde la question délicate de l’euthanasie. Il est question de la douleur, de la perte de dignité, mais si c’était la dépression, l’isolement qui amènent des personnes à souhaiter en finir. Les intervenants expliquent comment il faut explorer d’autres avenues pour permettre une fin de vie satisfaisante pour la personne et le début du deuil tout aussi digne pour les proches.

Les soins de fin de vie
Les centres de soins palliatifs sont une forme de réponse à l’euthanasie. Quand il n’y a plus de traitement possible, ces lieux apportent le réconfort dont la personne a besoin. Un criminel qui vit une rédemption, un homme qui marie la femme de sa vie…Il y a aussi de belles histoires dans les derniers moments. Les personnes qui travaillent auprès des mourants livrent des témoignages émouvants.



Commentaire :

3 février 2010 - 23:15
Je pense que les gens qui travaillent aux soins palliatifs font le travail le plus important qui soit ! Je suis remplie d'admiration devant leur incroyable compassion et leur capacité d'être présents, dans l'instant. On a tendance à croire que les gens qui côtoient quotidiennement la mort doivent se blinder ou se réfugier derrière des connaissances techniques et froides, mais il n'en est rien. La plupart d'entre eux sont capables de se laisser émouvoir, voire même de pleurer avec les familles qui accompagnent un être cher vers la mort. C'est réconfortant de savoir que de tels êtres humains existent...
Envoyé par Lorraine Desjardins, Montréal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire