mardi 27 juillet 2010

Association Soins Palliatifs en Calvados (ASPEC)


Accompagner la fin de vie en Calvados (14)

Accompagner les personnes souffrant de maladies graves ou en fin de vie, mais aussi leur famille. C'est la délicate et nécessaire mission de l'ASPEC, l'Association Soins Palliatifs en Calvados.
Une vingtaine de bénévoles va à la rencontre des malades dans les institutions hospitalières, du Centre François Baclesse à l'unité régionale de soins palliatifs Maurice Abiven. Nous nous déplaçons également dans les maisons de retraite ainsi qu'à domicile, précise Marie-Thérèse Heurtaux, coordinatrice à l'ASPEC.

Vous cherchez à joindre l’ASPEC…
Le siège social : ASPEC - 15 rue de la Girafe - 14000 CAEN

Téléphone / répondeur / fax : 02 31 44 97 41
Téléphone (deuxième ligne) : 09 63 51 24 72
Site internet : http://association.aspec.free.fr/
E-mail : aspec14@wanadoo.fr


samedi 17 juillet 2010

Carcassonne. 24 heures aux soins palliatifs

Polyclinique-de-Montreal.jpg
 Reportage dans ce service unique d'accompagnement de la fin de vie, à la clinique Montréal.


Publié le 29/06/2010 10:55 | Jean-Louis Dubois-Chabert
Les services spécifiques de soins palliatifs sont encore rares. A la polyclinique Montréal, dix lits y sont dédiés depuis décembre 2008, dans les locaux de l'ancienne maternité. Nous avons passé 24 heures dans cette unité où l'approche de l'accompagnement de la fin de la vie est inédite.
Ouverte en décembre 2008, l'unité bat en brèche les clichés ou raccourcis à la peau dure tels que soins palliatifs = mouroir. Certes, la mort est là, qui rythme le quotidien des soignants. Il n'est pas rare que deux, trois, quatre décès surviennent chaque semaine. 52 % des personnes qui entrent dans le service y décèdent. Mais avant la mort, jusqu'au dernier souffle, c'est la vie qui triomphe, ici, comme le dit Hans, un malade entré il y a 15 jours (lire ci-dessous). A défaut de guérir, on soigne. Les médicaments font partie du soin, bien sûr, mais les massages, la présence, l'écoute, le temps passé avec le patient «soignent» tout autant.
« Nous prenons la personne en charge dans sa globalité. Pas uniquement sur le plan médical, observe le docteur Jean-Charles Gaston, responsable de l'unité. On s'occupe de la douleur de façon prioritaire, c'est vrai, mais c'est le minimum syndical. Parmi les priorités, il y a la prise en compte des symptômes d'inconfort du patient, sa dimension psychosociologique et humaine. Et la prise en compte des familles. »

Lire la suite de l'article publié sur La Dépêche du midi :
Carcassonne. 24 heures aux soins palliatifs
LaDépêche.fr

jeudi 15 juillet 2010

Face à celui qui meurt de Patrick Verspieren

                 Face à celui qui meurt de Patrick Verspieren

"Accompagner quelqu'un ce n'est pas le précéder, lui indiquer la route, lui imposer un itinéraire, ni même connaître la direction qu'il va  prendre. C'est marcher à ses côtés en le laissant libre de choisir son chemin et le rythme de son pas".

 Patrick Verspieren : "Face à celui qui meurt"41JV06W00CL._SS500_[1]

Né d'échanges entre médecins, infirmières, malades et leurs familles, cet essai de clarification éthique s'appuie sur des expériences françaises, anglaises, américaines et canadiennes.

Quatrième de couverture
Si la mort, aujourd'hui, est écartée de notre horizon quotidien, plus que jamais elle s'impose à notre attention, par des chemins détournés. Euthanasie, mort douce, testaments de vie, acharnement thérapeutique, font périodiquement l'objet de débats, plus ou moins confus et équivoques. Publié pour la première fois en 1984, le présent ouvrage, pionnier en la matière, fait désormais figure de référence en proposant un indispensable travail de clarification.
Né de multiples rencontres avec des médecins, des infirmières, des malades et leurs familles, prenant appui sur les expériences françaises, anglaises, américaines et canadiennes les plus significatives, il montre comment respecter celui qui meurt, répondre à ses besoins et à ses appels, le soulager de sa souffrance, l'aider à vivre la dernière phase de son existence. Et surtout recevoir de lui son ultime expérience. Patrick Verspieren pose, dans un monde scientifique en pleine mutation, les fondements d'une éthique médicale et infirmière.
Cette nouvelle édition augmentée de Face à celui qui meurt tient compte des évolutions de la réflexion éthique et médicale de la dernière décennie.

Source de l'article:

Editeur : Desclée de Brouwer;
Édition : Nouvelle (16 Août 1999)
Langue: Français
ISBN: 2220046591

Patrick VERSPIEREN
Jésuite, Rédacteur à ETUDES, Directeur du département d'Ethique Biomédicale des Facultés jésuites de Paris