vendredi 5 novembre 2010

Toulouse au coeur de la lutte contre Alzheimer et le vieillissement

Toulouse se place cette semaine au coeur de la lutte contre la maladie d'Alzheimer en accueillant le principal congrès mondial sur les essais thérapeutiques et en déposant vendredi à Paris sa candidature comme Institut hospitalo-universitaire (IHU), leader national en gérontologie.

Le professeur Bruno Vellas, président de l'association internationale de gérontologie et gériatrie, a salué mercredi devant la presse l'ouverture du CTAD (clinical trails on Alzheimer's Disease) qui réunit du 3 au 5 novembre plusieurs centaines de chercheurs du monde entier.

Pour l'Américain Paul Aisen, membre du comité d'organisation, "il est possible que nous ayons une avancée majeure dans les deux ans, et très probable d'ici à 10 ans".

Les chercheurs, dont 50% viennent des Etats-Unis, vont échanger jusqu'à vendredi sur les différents types d'essais thérapeutiques réalisés au cours de l'année écoulée sur la maladie qui se traduit par une dégradation du cerveau sous l'effet de protéines anormales.

Outre les essais de molécules visant les dépôts d'amyloïdes dans le cerveau, "pour certains décevants" selon les organisateurs, le CTAD se penchera sur les essais visant une autre protéine anormale, "tau", mais aussi sur une troisième voie de recherche, concernant "les molécules qui renforcent le cerveau pour résister aux agressions", selon Paul Aisen.

"Cette voie de l'immunothérapie est la plus prometteuse, un essai est très avancé dont nous aurons le résultat dans deux ans", a précisé un autre chercheur américain, Michaël Wiener.

Le Professeur Françoise Forette, directrice de la fondation nationale de gérontologie, estime que "plusieurs personnes trouveront plusieurs médicaments, et on les associera". "On va sans doute vers une multithérapie comme pour le sida ou le cancer", selon elle.

Les participants ont également souligné que les progrès de la recherche permettaient de détecter désormais la "signature biologique" de la maladie, par IRM ou ponction lombaire, avant même qu'elle ne produise des symptômes, facilitant ainsi la prévention.

Le nombre de malades d'Alzheimer et des démences apparentées devrait doubler en 20 ans sous l'effet du vieillissement des populations, pour approcher 66 millions de personnes dans le monde en 2030. On en compte déjà 850.000 en France.
Copyright © 2005 AFP.
source:www.lesechos.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire