dimanche 5 décembre 2010

TFE sur les besoins spirituels des personnes en fin de vie

Travail de fin d’études de Cécile FURSTENBERG (Extrait)
Institut Cochain-Larochefoucauld Paris

INTRODUCTION
            Les statistiques vous annoncent qu’en moyenne entre 70 et 80 % des français meurent à l’hôpital en France, et près de 90% en région parisienne. On « part »…, à l’hôpital… Euthanasie,… acharnement… Quelle mort nous attend ?
Et l’on rentre à l’hôpital… Et on en ressort les pieds devant… sous un drap blanc… On part s’engouffrer dans les machines jusqu’à ce que le corps se disloque ?... ou « pourrir  doucement » dans la chambre du fond ?...
C’est un tableau noir, que de nombreux soignants ont pu décrire…
Dans une société où la consommation est reine, la technique et la maîtrise d’avant-garde, la mort dérange… L’homme se débat pour mourir en citoyen, il espère encore pouvoir mourir de manière humaine, rester un homme jusqu’au bout… Quels sont ses droits ? La charte du patient hospitalisé rédigée en Mai 1995 le rassure : «  Les établissements de santé dispensent les soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert l’état des malades. Au cours de ces traitements et de ces soins, la prise en compte de la dimension douloureuse, physique et psychologique des patients et le soulagement de la souffrance doivent être une préoccupation constante de tous les intervenants. Tout établissement doit se doter des moyens propres à prendre en charge la douleur des patients qu’ils accueillent et intégrer ces moyens dans son projet d’établissement. (…) Lorsque les personnes sont parvenues au terme de leur existence, elles reçoivent des soins d’accompagnement qui répondent à leur besoins spécifiques. Elles sont accompagnées, si elles le souhaitent, par leur proches et les personnes de leur choix et naturellement par le personnel ».
            Depuis l’avènement des soins palliatifs la prise en charge de la douleur s’est considérablement améliorée… Les centres de soins palliatifs furent une requête pour repenser le soin, « prendre soin ». Un nouveau souffle, le « souffle de l’humain » anime les pratiques soignantes. La personne soignée est considérée dans sa globalité : physique, psychologique, sociale, culturelle et spirituelle.
            Ce travail de fin d’étude, mémoire pour l’obtention du diplôme d’infirmière (2004) avait pour objectif de préciser quels sont les besoins spirituels des personnes en fin de vie, et comment l’infirmière y répond. Je vous transmets la partie centrale de ma rédaction.
            Dans un premier temps je présenterai mon cheminement personnel, l’histoire de mon questionnement qui aboutit à mon hypothèse. Dans un deuxième temps je développe mon cadre de référence qui fonde mes réflexions. Je m’interroge déjà sur l’homme. Qui est-il ? Quels sont ses besoins spirituels ? Ensuite, je relève le rôle soignant, « prendre soin » de la personne en fin de vie et le diagnostique infirmier de détresse spirituelle. Enfin je souligne l’origine de la dimension spirituelle en soins palliatifs.
En conclusion je clos la rédaction et ouvre un horizon.

TFE complet disponible en téléchargement içi : http://ddata.over-blog.com/0/01/58/35/Besoins-spirituels-des-personnes-en-fin-de-vie-doc

Cécile Furtenberg est membre de l'aumônerie des hôpitaux de Paris pendant 7 ans, infirmière en gériatrie depuis 6 ans. Etudes universitaires: master 2 Ethique Science Santé et Société à l'Université Paris XI
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire