mardi 2 octobre 2012

Synthèse documentaire « Les soins palliatifs en France » de 1842 à nos jours (par le CNDR)

- Les soins palliatifs en France -

Historique du mouvement des hospices 

En Occident, l’accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse dévolue aux congréganistes. Quant à la douleur, elle était encore récemment considérée par la religion et le corps médical comme un phénomène naturel. 

En 1842, Jeanne Garnier, jeune veuve, crée à Lyon Les Dames du Calvaire, une œuvre confessionnelle regroupant des veuves laïques se consacrant au service de malades incurables, qui s’implante à Paris en 1874 (future Maison médicale Jeanne Garnier). 

C’est avec Jeanne Garnier que le mot « hospice » prend le sens de lieu accueillant des personnes en fin de vie. En 1878, ce terme est repris Outre-Manche par Marie Aikenhead, fondatrice de la congrégation des sœurs de la Charité, qui ouvre à Dublin (Irlande) un « hospice » dont le but est l’accompagnement et les soins aux personnes en fin de vie. 

En 1905, l’ordre fonde dans la banlieue de Londres l’Hospice St Joseph. Dans le même temps d’autres hospices religieux se développent. En 1893, le Dr Howard Barret crée la Maison StLuke (Angleterre) pour l’accueil des mourants sans ressources. 

Oeuvrant d’abord bénévolement au St Luke’s Hospice, puis faisant successivement des études d’infirmières et de médecine, le Dr Cicely Saunders devient le premier médecin employé dans un hospice, à St Joseph. Elle y développe des soins adaptés aux personnes que la médecine ne peut plus guérir, et y poursuit ses recherches sur la morphine et le soulagement de la douleur, tout en travaillant sur la dimension de l’écoute inspirée des travaux de Carl Rogers et de l’école de Palo Alto. Elle développe ainsi le concept de « douleur globale » (total pain) qui additionne douleur physique et souffrances psychologiques, sociales et spirituelles. 

En 1967, elle fonde, dans un faubourg de Londres, le St Christopher’s Hospice, considéré comme le premier hospice disposant d’une équipe soignante professionnelle, pionnier du « Mouvement des Hospices ». Ainsi le mouvement caritatif des hospices, dénué au départ de réels moyens médicaux, se professionnalise. 

Parallèlement, en 1969, le Dr Elisabeth Kübler-Ross publie aux Etats-Unis son livre « On death and dying » décrivant les réactions psychologiques  et spirituelles des malades atteints de cancer et confrontés à la mort.

Synthèse documentaire réalisé par :
Serryn, D. ; Hoeben, N. ; Pigeotte, H.  Les soins palliatifs en France. CNDR SP, Paris : 2012, 11 pages.
Dominique Serryn est esponsable du service Information et Documentation du CDRN FXB

Suite et source de l'article à lire ou à télécharger à cette adresse : 
http://vigipallia.soin-palliatif.org/Documents/SYN_Serryn_201210.pdf 
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire