lundi 21 avril 2014

J-Y Revault : un auteur prolifique autour de la fin de vie

Avec une vingtaine de livres à son actif, cet auteur-conférencier inclassable, au parcours de vie peu banal (n’est-il pas allé à pied jusqu’à Jérusalem ?) donne depuis des années la part belle à l’accompagnement des personnes en fin de vie.
 
Parmi ses livres les plus connus, fruit de son expérience personnelle :
« L’accompagnant – Ultimes messages de vie » publié chez Jouvence, qui évoque les doutes et questionnements d’un accompagnant bénévole en unité de soins palliatifs. Cet ouvrage, recommandé par de nombreuses associations d’accompagnement est préfacé par l’une des plus grandes spécialistes de la question, Rosette Poletty. Récemment encore, sur ce même sujet, il est intervenu dans une formation de clown-accompagnant. Enfin, il a créé une pièce de théâtre, intitulée « La mère Louise et le père Joseph face à la mort », pièce jouée dans plus de 50 villes en France et en Suisse.
 
En 1998, après avoir « fait » Compostelle à pied, il part, toujours seul et à pied, jusqu’à Jérusalem, qu’il atteindra au prix d’aventures étonnantes qu’il relate dans un livre paru en 2013 chez Trédaniel : « Les 7 démons sur le chemin du pardon ». A sa façon, ce livre traite aussi de la fin de vie.
 
Son dernier roman paru fin 2013 : « 1943 : des moutons et des loups » lui a été inspiré par les confidences, pour ne pas dire les confessions, d’un homme en fin de vie. La dernière partie du livre traite principalement de l’accompagnement de cet homme qui, après avoir libéré sa conscience, mourra dans ses bras.
 
Parmi ses autres livres, il faudrait aussi citer La petite fille et la Tordue (ed. du petit pavé), un conte initiatique dans lequel une petite fille de 12 ans part en quête de sa mère… disparue. Mais aussi Mina, l’héroïne venue d’ailleurs, dans son roman « Dis, c’est quoi ton chagrin » (Dorval éditions), qui se fait accompagnante (quelle sagesse !) d’un vieil homme à la dérive.
 
D’autres livres, comme le recueil de nouvelles « Passages », ou bien l’étonnant « Les médecins i’ croivent que j’suis fou », dialogue entre un jeune de banlieue et son psy, abordent aussi ce thème de la fin de vie.
 
Enfin, comment passer sous silence cet ouvrage sur lequel repose le travail de JY Revault depuis qu’il a créé La thérapie par l’écriture (1992), publié également chez Jouvence : « La guérison par l’écriture ». Dans cet ouvrage, il est beaucoup question de mort, mais cette fois de mort symbolique, avec notamment un chapitre passionnant, intitulé « Mourir pour renaitre ».  On retrouve encore la mort et le passage dans son dernier essai (paru début 2014 chez Chroniques sociales) : « Rires et pleurs en stages d’écriture », puisqu’il anime depuis plus de vingt ans des stages et w.e d’écriture en France et en Suisse. Le prochain w.e d’écriture primitive aura lieu à Aix en Provence, les 24 et 25 mai 2014.
 
Cet homme étonnant, s’il s’intéresse à la mort, dont il dit lui-même que de « l’envisager est une formidable source de vie », s’intéresse aussi à la Vie. Plusieurs de ses livres la chantent, et notamment ce magnifique album « L’Alphabet des baisers », paru en 2013 aux éditions Contre-dire. Vingt six baisers superbement illustrés, à tester de toute urgence !
 
Tous ces livres peuvent être acquis auprès de votre libraire ou commandés directement à JY Revault qui vous les enverra (avec dédicace) en le contactant directement au 02 28 10 28 42, ou bien par mail : jyrevault@yahoo.fr
 
Vous pouvez aussi consulter son blog « Ecrire-pour-se-guérir »
 
« L’accompagnant – Ultimes messages de vie »
http://www.decitre.fr/livres/l-accompagnant-9782883531895.html

samedi 5 avril 2014

Oscar et la dame rose - Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Oscar a dix ans et il vit à l’hôpital ses derniers jours dans une unité de soins spécialisés, il est traité pour un cancer inopérable. Même si personne n’ose le lui dire, il sait qu’il va mourir. Sur les conseils de sa visiteuse, Mamie Rose « qui croit au ciel », celle-ci lui propose d’écrire à Dieu pour qu’il se sente moins seul. Il accepte d’écrire à un Dieu auquel il ne croit pas mais à qui il confie son quotidien , ses douleurs, ses petites joies. 

Description de l’ouvrage
Voici les lettres adressées à Dieu par un enfant de dix ans.

Douze lettres extrêmement émouvantes, pleines de rêves, de fraîcheur et de
douleur, qui retracent tout le cycle de la vie. Elles ont été retrouvées par Marie Rose, "la dame rose" qui vient lui rendre visite à l'hôpital pour enfants. Elles décrivent douze jours de la vie d'Oscar, douze jours cocasses et poétiques, douze jours pleins de personnages drôles et émouvants. Ces douze jours seront peut-être les douze derniers. Mais, grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort lien d'amour, ces douze jours deviendront légende.
Avec une honnêteté hors du commun et un humour à toute épreuve, la dame rose va aider Oscar à y voir clair dans sa courte vie, à en cerner l’essentiel, et à en vivre le meilleur. Oscar, quant à lui, avec sa sincérité d’enfant et sa lucidité de condamné, nous délivre un beau message d’espoir : il convient d’apprendre, avant tout, à oser vivre sa vie, puis à accepter sa mort. 

Cliquer pour feuilleter le livre ici
http://www.amazon.fr/Oscar-dame-rose-Eric-Emmanuel-Schmitt/dp/2226135022

 
Commentaire tirée de Critiqueslibres.com :
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/3510?alt=print 

Une belle réussite ! 
Oscar, de son surnom Crâne d’oeuf, est à l'hôpital pour soigner un cancer. Il n’a que dix ans et, comme il le dit, il n’est plus un malade qui fait « plaisir » Pourquoi ne fait –il plus « plaisir » ? Il nous le dit très bien : « Depuis ma greffe osseuse, je sens bien que je ne fais plus plaisir. Quand le docteur Düsseldorf m'examine, le matin, le coeur n’y est plus, je le déçois. Il me regarde sans rien dire comme si j’avais fait une erreur….J'ai compris que je suis devenu un mauvais malade, un malade qui empêche de croire que la médecine, c'est formidable. »

Oscar devine qu’il va mourir et en veut terriblement à ses parents et à son entourage de lui mentir en faisant « comme si »… Mais il a Mamie-Rose !. Une dame âgée qui se prétend avoir été catcheuse dans sa jeunesse sous le pseudo de « L’Etrangleuse du Languedoc » Mamie-Rose est une de ces femmes qui se dévouent bénévolement pour aider de grands malades dans les hôpitaux.
Mais Oscar a aussi plein de copains à l’hôpital dont Bacon. On l'appelle comme cela parce que c’est un grand brûlé et Peggy Blue, son grand amour, qui attend une opération cardiaque pour redevenir rose comme tout le monde.
Mamie-Rose est un vrai génie pour Oscar car elle ne lui ment pas et l’aide beaucoup. Déjà son langage la rapproche de lui. Mamie-Rose va avoir deux idées géniales : la première sera de le convaincre d'écrire des lettres à Dieu. Il n'y croit pas, en Dieu, car ces parents non plus. Mais est-ce un bon critère à ses yeux ? Apparemment non, puisqu'il dit : « Si je m’intéresse à ce que pensent les cons, je n’aurai plus le temps pour ce que pensent les gens intelligents. » Elle lui dit qu'il aura droit à un seul et unique voeu par jour, et spirituel, pas matériel, du genre demander un jouet.

Le second coup de génie de Mamie-Rose est de lui demander de prendre chaque journée comme si elle représentait dix années de sa vie ! En quelques jours notre Oscar va passer de l’enfance à la puberté puis à l’âge adulte et va enfin vieillir. « C'est moche de vieillir » va-t-il écrire à Dieu.
Les premières lignes lues, vous ne saurez plus quitter Oscar et Mamie-Rose ! Ce livre déborde de sentiments et aussi de spontanéité. Il est écrit dans une langue légère et vive, qui colle parfaitement à l’âge d’Oscar. Au fil du temps, vous serez bousculé par ses pensées, ses préoccupations d’enfant qui n'en est plus tout à fait un. Et toujours, il reste vrai !

Et Mamie-Rose reste toujours égale à elle-même. Un grand moment d'émotion que la première rencontre entre Dieu et Oscar, en présence de Mamie-Rose, dans la chapelle de l'hôpital !.

Ce livre est vraiment à lire ! Il vous donnera une heure de véritable émotion et, oserais-le dire ?, de plaisir… Celui d'être autorisé à regarder vivre des êtres comme Oscar et Mamie-Rose. Il doit en exister !…